Epargnez pour votre retraite avec le PER

Un dispositif de retraite spécifique a été instauré en France à partir de 1945. Ce un système dit « par répartition », repose sur le principe de solidarité. Autrement dit, les retraites sont financées grâce aux cotisations des actifs et des employeurs, pour être redistribuées la même année aux retraités sous forme de pensions de retraite.

L’augmentation du nombre de retraités due à l’arrivée en retraite de la génération du baby-boom, la baisse du nombre de cotisants due à la baisse de la natalité, et l’allongement de la durée de vie sont autant de sujets qui ont mis à mal les régimes de retraite. Ainsi le taux de remplacement, c’est-à-dire la différence entre les derniers salaires et le montant de la retraite, n’a cessé de diminuer tout au long des dernières décennies. Il est donc impératif de mettre en place une épargne individuelle régulière pour compenser cette baisse inéluctable.

Le PER individuel

Depuis 2019, la loi Pacte a simplifié la situation en instituant un cadre juridique unifié pour les différents plans d’épargne retraite : les particuliers n’ont plus qu’un produit unique à leur disposition pour épargner à titre individuel pour la retraite, appelé le PER – Plan Epargne Retraite, ou encore le PERI – Plan Epargne Retraite Individuel. Les anciens produits, le PEP – Plan d’Epargne Populaire, le PERP – Plan Epargne Retraite Populaire et le contrat Madelin, ne peuvent plus être souscrits. Ceux ouverts précédemment continuent néanmoins jusqu’à leur terme.

Fonctionnement du PER

Un plan d’épargne retraite – PER – peut être souscrit par toute personne souhaitant se constituer un capital en vue d’obtenir un complément de revenus au moment de la retraite. Le mécanisme d’épargne retraite fonctionne en deux temps :

  • durant sa vie professionnelle, le titulaire alimente son plan d’épargne à son rythme, via des versements ponctuels ou programmés. Le PER n’est soumis à aucun plafonnement de versement. Les sommes versées sur le plan permettent de bénéficier d’un avantage fiscal, celles-ci étant déductibles du revenu imposable (*). L’avantage fiscal est néanmoins plafonné (**).
  • à la date de son départ à la retraite, le titulaire pourra soit demander le versement d’un capital, soit la mise en place d’une rente à vie.

(*) Le titulaire peut renoncer à cet avantage fiscal initial afin d’atténuer en contrepartie la fiscalité de sortie.

(**) Votre conseiller peut vous aider à calculer l’optimum de versements.

Transfert de plan

Tout plan d’épargne retraite peut être transféré vers un PER dit de « nouvelle génération », c’est-à-dire issu de la loi Pacte. Néanmoins, les sommes versées à titre obligatoire sur un plan d’épargne retraite Entreprise ne sont transférables vers un autre PER que lorsque le titulaire a quitté l’entreprise.

Sortie anticipée

Le décès du titulaire du plan avant l’âge de départ en retraite entraîne la clôture du PER. Dans ce cas, le PER fonctionne comme un contrat d’assurance-vie. Les capitaux acquis sont versés au(x) bénéficiaire(s) indiqué(s) au contrat.

Un déblocage anticipé des capitaux constitués dans le PER est possible dans les cas suivants :

  • Décès du conjoint marié ou PACSé ;
  • Invalidité du titulaire du plan, de son conjoint marié ou PACSé ou d’un de ses enfants ;
  • Situation de surendettement ;
  • Chômage, à l’expiration des droits à l’assurance chômage du titulaire ;
  • Acquisition de la résidence principale.

Sortie à l’échéance

La sortie d’un PER s’effectue au plus tôt :

  • à l’âge légal de départ en retraite, actuellement 62 ans ;
  • ou à la date de liquidation de la pension dans le régime obligatoire d’assurance vieillesse (cas de départ anticipé pour carrière longue par exemple).

Au choix du titulaire, les sommes acquises sur le PER issues de versements volontaires (*) peuvent être récupérées :

  • sous forme de rente viagère ;
  • en capital en une fois ou de manière fractionnée ;
  • ou pour partie en rente viagère et pour partie en capital.

(*) Les sommes acquises issues de versements obligatoires sont systématiquement versées sous forme de rente viagère.

Une option de réversion de la rente viagère au profit d’un bénéficiaire doit être prévue dans le plan en cas de décès du titulaire.

Fiscalité du PER

La part représentative des intérêts générés pendant la période d’épargne est soumise au PFU, sauf option pour le barème à l’impôt sur le revenu auxquels s’ajoutent les prélèvements sociaux au taux global de 17.2%
La part représentative des primes versées par le titulaire est exonérée de prélèvements sociaux.

Sortie en rente viagère

  • La rente est imposable au titre des pensions et retraites, après abattement de 10%, sur la part représentative des versements volontaires ayant donnés lieu à un avantage fiscal.
  • La rente est imposable au titre des rentes viagères à titre onéreux pour la part représentative des versements volontaires pour lesquels le titulaire a renoncé à l’avantage fiscal.

Sortie en capital

  • Le capital est imposable au titre des pensions et retraites, après abattement de 10%, sur la part représentative des versements volontaires ayant donnés lieu à un avantage fiscal.
  • Le capital est exonéré d’impôt sur le revenu pour la part représentative des versements volontaires pour lesquels le titulaire a renoncé à l’avantage fiscal.

Les conseils de PCA Patrimoine

Fiscalement très intéressant, le PER est un outil incontournable pour préparer votre retraite. Les conseillers de PCA Patrimoine sont à votre disposition pour calculer les montants optimums de versement et mettre en place votre plan d’épargne retraite.

Des questions sur l’épargne retraite ?

Rencontrez un conseiller gratuitement

PRENEZ RENDEZ-VOUS

AVEC L’UN DE NOS CONSEILLERS PROCHE DE CHEZ VOUS

    Sur le même sujet...

    Analysez votre avis d’imposition

    Analyse de votre avis d’imposition Votre avis d’imposition est arrivé début Septembre. Il comporte des informations qui peuvent vous permettre de mieux appréhender votre patrimoine. C’est encore le moment d’en

    Lire la suite »
    Fin des articles sur un sujet similaire

    Épargne retraite

    La baisse des revenus une fois à la retraite figure parmi les principales inquiétudes des 40-60 ans.

    Cette inquiétude est justifiée : le taux de remplacement actuel (revenu de retraite vs revenu d’activité) est de l’ordre de 60 à 80% dans la grande majorité. La baisse des revenus peut être plus significative chez les TNS et les cadres. Les projections ne sont guère encourageantes et donnent un taux de remplacement de l’ordre de 63% pour les salariés et 45% pour les cadres, pour la génération des années 70.

    Disposer de compléments de revenu une fois à la retraite n’est plus une option, c’est une nécessité.

    Qu’est-ce que l’épargne retraite ?

    L’épargne retraite, ou épargne financière, consiste simplement à détacher mensuellement de son compte courant, vers un outil de placement, une somme que l’on destine pour sa retraite. L’épargne longue, « oubliée », permet de se créer un capital à terme.

    Comment estimer sa pension retraite ?

    Tout d’abord, vous devez estimer votre retraite et celle de votre conjoint. Cette estimation est accessible sur le site internet de votre caisse de retraite, vous pouvez aussi faire appel à un professionnel.

    Le montant de votre pension retraite dépendra…

    • de votre durée de cotisation,
    • de la régularité de vos revenus,
    • des périodes d’études, de chômage,
    • du nombre d’enfants et de leur date de naissance,
    • de la possibilité de mise en préretraite ou non,
    • d’un arrêt de travail de longue durée,
    • ou d’une invalidité.

    Comment épargner ?

    Règle n°1 :
    Commencer tôt

    Plus l’on épargne tôt, moins l’effort d’épargne doit être important pour arriver au même résultat. Il n’est jamais trop tard pour épargner, mais l’idéal étant de commencer tôt pour verser moins.

    Règle n°2 :
    Épargner continuellement

    La régularité et la persévérance sont les clés d’une épargne efficace.

    Règle n°3 :
    Accepter les fluctuations

    L’épargne sur un livret ou un fonds en euros ne procure aucune valeur dans le temps. L’épargne doit être volontairement réalisée sur des supports présentant une naturelle volatilité ; les actions ou les fonds en actions.

    Par quel biais épargner ?

    Vous pouvez épargner en utilisant un outil financier (le PER, l’assurance-vie ou le PEA) ou par l’investissement immobilier financé à crédit.

    Le PER, l’assurance-vie ou le PEA

    Il est possible d’épargner sur les nouveaux PER individuels ou collectifs, sur un support d’assurance-vie ou encore un PEA. Cela vous permettra de capitaliser sur des produits financiers. Le PER vous permettra de plus de réduire votre impôt pendant la constitution de votre épargne en fonction de votre tranche d’imposition.

    Vous pourrez, au moment de votre retraite, sortir votre épargne de manière régulière en rentes, ou de manière ponctuelle par des rachats partiels ou un rachat total, une fiscalité à cette sortie sera appliquée.

    Le crédit immobilier

    Le remboursement d’un crédit immobilier peut aussi être un moyen d’épargner pour sa retraite. Cela peut être pour votre résidence principale mais aussi pour un bien d’investissement.

    Alors, pourquoi ne pas acheter un immobilier à crédit ou des parts de SCPI ?

    Les loyers paient une partie du crédit et le débours peut être assimilé à de l’épargne. Épargner 300€ sur un PER ou rembourser 300€ (crédit – loyer) de débours revient au même résultat, la fin de votre crédit devant coïncider avec votre départ à la retraite. A ce moment-là, vous aurez la possibilité d’avoir soit des revenus complémentaires liés aux loyers ou soit un capital grâce à la vente du bien immobilier ou des parts de SCPI.

    PCA vous conseille

    Un conseiller en gestion de patrimoine PCA Patrimoine saura apporter les réponses à vos questions ainsi que la meilleure solution pour prévoir avec sérénité votre retraite. Alors, n’hésitez pas…