Souscrire un contrat d’assurance-vie pour obtenir des revenus complémentaires

L’assurance-vie est un excellent outil pour obtenir des revenus complémentaires immédiats ou, à plus long terme, pour préparer sa retraite. D’autant que les sommes investies bénéficient d’un cadre fiscal particulièrement avantageux. L’assurance-vie permet également de diversifier et valoriser son patrimoine, d’optimiser l’organisation de sa succession, et de protéger ses proches au moment du décès.

Avantages et inconvénients de l’assurance-vie

Rappelons tout d’abord les avantages et inconvénients de l’assurance-vie :

Avantages

  • Choix de supports d’investissement en fonction de vos objectifs patrimoniaux et de votre aversion au risque (fonds euros, actions, obligations, etc.).
  • Rémunération annuelle garantie pour les fonds en euros.
  • Aucune limite de versement.
  • Souplesse de gestion : possibilité de recourir à tout moment à des rachats partiels, programmés, ou à des avances.
  • Sortie sous forme de capital ou de rente.
  • Transmission du capital au(x) bénéficiaire(s) de votre choix en dehors du cadre de la succession.
  • Seule la part des intérêts comprise dans le rachat est imposée.
  • Au-delà de 8 ans, le taux du prélèvement forfaitaire unique est abaissé à 7,5 %.
  • Après 8 ans, un abattement de 4 600 € pour une personne seule ou 9 200 € pour un couple marié s’applique sur l’assiette taxable en dehors des prélèvements sociaux.
  • Les arbitrages ne sont pas fiscalisés

Inconvénients

  • Des frais d’entrée, de gestion et d’arbitrages peuvent être prélevés.
  • Une sortie en rente viagère implique l’aliénation des sommes détenues sur le contrat.
  • Les prélèvements sociaux sont retenus au fil de l’eau pour les fonds euros.
  • Lorsque le dénouement a lieu sous forme de rente viagère, celle-ci est imposable pour une fraction de son montant.
  • Les sommes investies en unités de compte comprenant des actifs immobiliers entrent dans le calcul de l’assiette de l’IFI.

Exemple de souscription d’un contrat d’assurance-vie pour obtenir des revenus complémentaires

Monsieur et Madame Martin sont âgés respectivement de 47 et 49 ans. Ils sont propriétaires de leur résidence principale, et ont investi dans un bien immobilier locatif. Ils souhaitent épargner pour s’assurer des revenus complémentaires au moment de la retraite qui sera prise dans 15 ans.

Ils disposent d’un capital de 70 000 € pour cet investissement qu’ils détiennent actuellement sous forme d’actifs monétaires, et souhaite investir 10 000€/an prélevés sur leur épargne dans ce but. Ayant des revenus équivalents, leur épargne sera répartie à 50 % sur le contrat de Madame Martin, et à 50 % sur le contrat de Monsieur. Ils estiment qu’à la retraite leur besoin de supplément de revenus sera de 12 000 € /an.

Si rien n’est fait

Les actifs monétaires placés sur des supports type livrets ont un rendement très faible ne permettant pas de se constituer des revenus complémentaires du montant désiré sur une durée assez longue compte-tenu de leur espérance de vie.

Nb : En France, pour les personnes âgées aujourd’hui de 45 ans, l’espérance de vie est de 86 ans pour les femmes et de 80 ans pour les hommes (données INSEE).

Souscription de contrats d’assurance-vie

Monsieur et Madame Martin souscrivent 2 contrats d’assurance-vie investis à 100 % en unités de compte, selon les conditions suivantes :

  • Versement initial : 35 000 € ;
  • Versements programmés sur 15 ans : 416 €/mois ;
  • Frais d’entrée : 2 % ;
  • Rendement annuel net de frais de gestion : 3 %.

Au bout de 10 ans de versements, le capital de leurs contrats sera de 292 000 €.

A la retraite, chaque mois les époux Martin effectueront des rachats partiels d’un montant constant de 500€ sur chaque contrat (12 000€ en tout par an). Les intérêts constatés lors des rachats seront soumis au prélèvement forfaitaire unique 7.5% car le contrat a plus de 8 ans, après abattement de 9 200€ annuel. Les prélèvements sociaux au taux global de 17,2 % seront prélevés, mais uniquement sur la part d’intérêts.

En conservant ce rythme de rachat durant leur retraite, ils pourront ponctionner sur leurs contrats pendant 30 ans avant que le capital ne disparaisse. De plus, l’immobilier locatif pourra être vendu et réinvesti sur l’assurance-vie, permettant ainsi d’augmenter soit le montant du rachat, soit la durée possible de rachat.

Mettre en œuvre une stratégie à long terme permet de bien orienter vos investissements.

Chez PCA Patrimoine, nous sommes à votre entière disposition pour vous accompagner dans cette démarche : contactez-nous ! 

Rencontrez un conseiller gratuitement

Vous souhaitez obtenir des revenus complémentaires grâce à l’assurance-vie

PRENEZ RENDEZ-VOUS

AVEC L’UN DE NOS CONSEILLERS PROCHE DE CHEZ VOUS

    Sur le même sujet...

    L’assurance-vie

    L’assurance vie Un contrat d’assurance-vie est un produit d’épargne à long terme que vous souscrivez auprès d’une compagnie d’assurance. C’est une enveloppe juridique et fiscale, qui répond à plusieurs objectifs

    Lire la suite »
    Fin des articles sur un sujet similaire